STE-ANNE SUR GERVONDE 2003

 

40, ce n'est pas la vitesse moyenne enregistrée pendant la course, c'est la température relevée sur le circuit ! Dans ces conditions, il fallait aimer la chaleur pour espérer s'imposer. La chaleur et les circuits durs : une boucle de 4 km avec une jolie bosse de plus de 500 mètres qui oblige à tomber la plaque à chaque nouvelle ascension. Un circuit pour costaud, comme on dit.

Côté Abrésiens seuls trois malades mentaux ont fait le déplacement : Patrick et Michel en catégorie 1, Franck en 2.

Une vingtaine de coureurs au départ de la course reine (1er cat) et quelques sérieux prétendants au podium à commencer par Marc Ronca (du Fontanil) déjà auteur de quelques faits d'armes célèbres (dans sa famille et même, parfois, au delà), Damien Hostache (de la Buisse) particulièrement affûté depuis quelques semaines, 3ème dimanche précédent du Grand Prix de la Côte St-André, ou encore Ludovic Oddoux (de St-Siméon de Bressieu), arborant son récent maillot de champion de l'Isère, dangereux dès que la route s'élève et donc particulièrement à l'aise sur ce genre de circuit dur pour gars qui n'en veulent... 

A la S.C.A, les ambitions sont plus limitées. Franck revient de blessure (putain, vous trouvez pas que ça fait vachement "sportif de haut-niveau", comme phrase ?), Michel espère pouvoir suivre tandis que Patrick se dit imbattable si la course devait se dérouler… sur un seul tour de circuit. Hélas, les organisateurs en ont prévu 17 de plus !

La course s'élance. Le suspense est de courte durée. Dès les premiers tours, Marc Ronca s'échappe en compagnie de Jérôme Sage (de Voiron), seul capable de le suivre. Les deux coureurs ne seront plus revus avant l'arrivée. Derrière, la résistance s'organise autour de Ludovic Oddoux, Fabrice Martin (Vougy), Damien Hostache et notre infatigable Patrick Chaléat… Michel, un peu à cours de forme (ou de motivation, faut voir) choisit de jeter l'éponge au 6ème tour… Trop chaud, trop dur, trop chiant… Il finira la course en tant que préposé au tuyau d'arrosage (voir plus loin).
Les deux échappés, unis jusqu'à quelques kilomètres de l'arrivée, finissent par se séparer sous l'impulsion de Ronca qui démarre dans le dernier tour et lâche son compagnon. Il arrive détaché et l'emporte avec plus d'une minute d'avance sur Sage, déjà content d'avoir tenu jusque là.
Derrière, Fabrice Martin règle un groupe de trois rescapés, devançant Franck Janvier (de Décines) et Ludovic Oddoux au terme d'un sprint serré… Damien Hostache, lâché dans la dernière ascension, prend la 6ème place, tandis que Patrick remporte le sprint de ce qui reste du peloton pour signer une 7ème place finalement pas si déshonorante.

En 2ème catégorie, peu d'inscrits, seulement 13 coureurs au départ pour une course promise aux grimpeurs de service... Tous les regards se tournent vers les jambes de Fabrice Mazza (le Fontanil), Christophe Hioner (Villard Bonnot, 30ème du dernier challenge du Dauphiné et récemment promus en "2" !) ou encore Gilles Perrier, dit Pschitt, celui qui grimpe aussi vite et aussi bien qu'une bulle de boisson gazeuse juste après décapsullage.
Pour Franck, c'est l'heure du grand retour après 1 mois 1/2 d'interruption liée à une vilaine chute début mai. Pas de grosse ambition en perspective.

Le fringuant Philippe Troussier (la Buisse) n'attend pas longtemps avant de lancer les hostilités : il tente de sortir par tous les moyens. Il attaque dans la descente du 1er tour, puis sur le plat, face au vent, dans le second, et sort finalement en costaud au sommet de la bosse dans le 3ème.
Hélas, le maigre peloton réagit sous l'impulsion d'Eric Doorhyée (le bien connu président du Fontanil) qui n'hésite pas à se sacrifier pour son grimpeur de service (Mazza) et qui ramène finalement tout le monde dans son sillage. Franck décroche une première fois dans la bosse du 5ème tour, ce qui n'augure rien de bon, mais recolle plus ou moins miraculeusement, de façon totalement inespérée, 2 km plus loin.
7ème tour, Fabrice Mazza attaque en compagnie de Christophe Hioner. Ça sent la bonne échappée. Gilles Buatois (du VC Vaulx en Velin) ne s'y trompe pas en contrant illico et en rejoignant les deux fuyards.
Derrière, c'est la débandade pour Franck qui décroche à nouveau dans la bosse et cette fois de manière implacable et définitive. Manquant de rythme et fatigué autant dans la tête que dans les jambes, il choisit de poursuivre en cyclo, histoire d'avaler quelques kilomètres supplémentaires et de bénéficier du judicieux arrosage au jet d'eau disposé au niveau de la ligne d'arrivée et désormais dispensé (avec un sourire radieux) par son coéquipier malheureux de 1ère catégorie, le bien nommé Michel Arbaretaz (qui sait, une vocation est peut-être née ?).
Les 3 échappés se disputent la victoire dans le dernier tour. Buatois attaque à 2 tours de l'arrivée. Il est repris mais s'échappe finalement dans le dernier tour et franchit la ligne en solitaire avec une poignée de secondes d'avance sur Hioner et Mazza, particulièrement malchanceux sur ce coup là, contraint à rouler depuis 5 tours avec les patins de freins collés à la jante, la faute à un rayon cassé. L'issue aurait sûrement été toute autre sans ce pépin.

En 3ème catégorie, on peut saluer la victoire de Serge Champenois, du club de Châtonnay,  qui profite de courir sur ses terres pour signer un joli succès et accéder par la même occasion à 2ème catégorie. Il devance Françis Gillet, du club de Feurs (dans la Loire), et Henri Santos-Silva, du VC Bourgoin.

En 4ème catégorie, François Piche (Charancieu) s'impose devant Daniel Fléchon (Salaise/Sanne) et Jacky Rouvière (les Tourettes).

Enfin, chez les cadets, Tristan Sérraille, (de Châtonnay) remporte une nouvelle victoire, cette fois à domicile.

Pour voir les résultats complets
cliquez
ICI