Délirium très mince

Un florilège d'anecdotes, de malentendus , de photos et de situations inatendues vécues sur, sous ou sans le vélo. L'imagination et la ressource intarissable de nos licenciés promet une longue vie à cette rubrique et de nombreuses remises à jour.


Sonné
Contrairement à ce que pourrait laissé penser ce regard vide et les nombreuses rougeurs et ecchymoses sur la face , le type sur le photo ne vient pas de disputer un match dans le cadre du championnat du monde de boxe
sur glace. Non, il vient simplement d'achever une partie de skating entre amis à Vin Chaud en Vercors, une charmante bourgade, assez peu connue, il est vrai.


Peace and love

Deux licenciés en mal d'herbes rares et de tartiflette punché se sont
retrouvés dans la nostalgie commune des années 70 pour évoquer
leur goût du rock n' roll en costume d'époque. Le DJ, insensible
à leurs envies n'a servi que du disco et même du Stone (complétement stone)
et Charden !

Implacable

Quelque chose de compliqué, c'est un ensemble
de petites choses simples mises bout à bout
.
Faux calcul
Au départ d'une gentleman au parcours franchement plat
"Dis t'as vu le monsieur, il a que six vtesses"
Denis, en se retournant : "Oui et encore, y'en a cinq de trop !"

Couché !

Patrick, séduit devant un vélo couché :
" C'est un truc pour moi, ça ! J'arrive pas me lever le matin,
alors là, t'imagines tu fais du vélo MAIS tu restes couché. "

Logique

D'un contributeur qui tient curieusement à garder
l'anonymat : " Ca fait plusieurs années que je vis
avec la même femme, alors je vois pas pourquoi je devrais être lassé de faire trois fois le même col cette semaine "

Réaliste

"Alors, ça c'est bien passé ? " Demande Denis
" merveilleux, j'ai commencé par bouffer un insecte 100 m après la ligne puis une bagnole m'a démarré devant les roues en début de descente, une autre a fait demi-tour 1 km plus loin, j'étais juste à 60 à l'heure, j'ai pris le flotte sur le plat, le coeur monte pas et les jambes sont dures comme du bois, faut pas se plaindre quoi ! " répond Michel.
.Dans tes rêves
Le hasard des placements dans un café fait parfois bien
les choses. C'est le cas ici ou Franck a pu méditer sur la
citation qui le coiffe alors qu'il courait (tous azimuts)
derrière sa première victoire et alors en proie au doute.
Tout juste
Toujours le hasard, j'le jure, et une autre citation qui
convient à merveille à un Denis que l'on connait conquérant.
Lui même auteur de quelques citations pour le moins
personnelles du type " Tu nous emmerdes à réfléchir, pour le
chrono,
tu laisses ton cerveau ici, t'en auras pas besoin " ou
" Qui m'aime me suive "
celle-la est connue mais peut-être
cruelle pour un équipier en mal d' oxygène lors d'une gentleman...



Grosse fatigue
Un matin de championnat de France de contre la montre par
équipes, Eddy après le petit déjeuner essaie une partie de
l'équipement et une partie de la position. On remarquera le
port d'une combinaison prototype pas vraiment conforme et
franchement inefficace. A propos, qu'est-ce qu'il y avait dans
le café ?


Précision

" C'est quoi la tactique aujourd'hui ? " demande l'équipier, naïf.
" On attend, on voit et on attend " répond le chef de file plein d'expérience et irradiant de sagesse. Sauf que le chef de file en question n'aura pas attendu 6 km avant d'allumer la flamme d'une échappée fleuve. Depuis, on se méfie, à raison.

Très en retard

Guy, il y a quelques années avait décidé de s'aligner à une course
le dimanche matin et de rejoindre des collègues UFOLEP non loin de là qui, eux couraient l'après-midi. Assez surpris de le voir à leur arrivée, ils le questionèrent " t'es déjà là, ça s'est bien passé ? "
" Ben, quand je suis arrivé, il y avait un marché mais pas un vélo, alors j'ai demandé à des passants, pas très au courrant, mais il y en quand même un qui a fini par se souvenir que la course en question avait eu lieu la veille ! "

24 h de retard et cent bornes pour rien.

Souvenir

Sonnaz, Août 2000,
Pour la première et dernière édition de la course de Sonnaz, l'organisateur soutenait mordicus que la bosse pouvait se monter sur la plaque. En fait, la vacherie en question se grimpait difficilement en 39/21 et comble de l'humour elle s'appelle la montée du souvenir, et pour s'en souvenir on s'en souvient

A la bourre
Francky, pour cause de pique-nique (au mois de fevrier) doit écourter un entraînement et rentrer à bloc, le temps de coller le vélo dans la voiture et partir, il dépasse Yohan, s'arrête, ouvre le coffre, repart, le dépasse à nouveau et offre une séance de derrière voiture à 60 à l'heure. Devinez, Yohan est en avance, Franck en retard et sa femme très surprise de voir arriver la voiture coffre ouvert. Si vous avez croisé un gus habillé en cycliste au cirque de Saint Même en fevrier pique-niquer avec les pinguoins, c'était Franck.
Rappel
On ne soulignera jamais assez les dangers du cocktail fatigue/victoire/chaleur, les specimens ci-contre nous le prouvent une fois de plus. Le sujet rougit, subit une distorsion de la bouche et raconte le plus souvent nimporte quoi, merci d'adressez vos dons à la SCA pour soutenir la recherche.

Record

Il n'est pas ici question de la version haut de
gamme de chez Campagnolo mais d'un score peu enviable réalisé à son corps defendant par Denis. Il s'est offert cinq crevaisons, oui cinq en l'espace de vingt kilomètres. Le tout réalisé à la cyclosportive la Laurent Jalabert sous la pluie. Signalons qu'aucun probléme mécanique type fond de jante percé n'en est la cause, simplement une poisse épaisse, la pluie et des silex affectueux.
Dégageons le côté positif : statistiquement, il ne devrait plus guère crever pendant quelques années, ça peut consoler.
Faillible
Guy, au départ d'une course, ayant oublié sa pompe (pas rare) en emprunte une au coureur garé à ses côtés. Il place l'embout sur la valve et pompe frénétiquement. L'ustensile ne résiste pas longtemps à pareil traitement, rend l'âme voire ressorts et autres mécanismes. Guy jovial et surpris tend l'outil à son propriétaire dépité et lâche : " c'est d' la merde ta pompe " et part en chercher une autre.

Sélection

Laurent, avant un championnat qui s'annonçait venté : " l'avantage avec le vent, c'est que la sélection est plus vite faite, problème j'ai bien peur d'être sélectionné "
Le bien nommé
Les pyrénéens ont le sens de la formule et les cartes routières de la région
ont, elles, le sens de l'humour et ce n'est pas Patrick et Marie-Jo qui diront
le contraire. Les chevrons chargés d'indiquer les pentes moyennes sont
purement indicatifs et largement sous-dimensionés si l'on en croit les
braquets employés par le duo pour vaincre notamment le col la Fatigue.